chloe1

Dans le sillage de la précédente collection 'l'Envol des Femmes aux Semelles de Vent", cette nouvelle collection a été pensée légère, évanescente, furtive et protéïforme à l'instar des nuages.

Une femme paysage nous livre ses déclinaisons chromatiques d'une journée d'été, elle tire son nom "La Nuheure" d'un ouvrage de Jacques Roubaud: Ciel et terre et ciel et terre et ciel:

«(...) la durée, au lieu d’être mesurée en minutes, en heures, en jours, le serait en nuheures; une «nuheure» serait le temps que mettrait le plus merveilleux des nuages à traverser le ciel. Et cette «nuheure» en fait s’allongerait indéfiniment, les nuages sans cesse ralentissant pour ne pas arriver au bout de leur course, pour ne pas quitter son regard, pour demeurer liés à lui dans le bonheur aérien, et la solitude partagée de la contemplation.» 

 

Les photographies sont d'Armelle Bouret: www.armellebouret.com

Les illustrations sont de Chloé Sanson: www.chloesanson.com

Maythinie, Muriel et Angélique, coiffées par Gustavio, se sont prêtées au jeu de l'incarnation de la Nuheure.

 

Tous les modèles sont déposés à l'INPI.

 

Ils sont déclinés en plusieurs matières et coloris, rendez-vous à l'atelier boutique 

pour faire votre expérience personnelle de "La Nuheure":

34 rue des Petites Ecuries, Paris 10, du mardi au samedi de 13h00 à 19h30

 

 

.

.

.

 

Cinq heures dix sept du matin

 

ML8_900

Manteau Sensei Papillon en lin noir,

porté sur une jupe méharée en tissu de costume masculin noir à rayures blanches.

 

ML8_978


ML8_912

 

 

Cinq heures quarante six du matin: premières lueurs


ML9_1185

 

Étole Kamarupa en coton et métal parme

 

(existe en coton et métal bleu indigo ou aubergine)

 

portée sur une Jupe Straelitzia Longue

 

 

ML9_1169

«(...) jusqu’à ce que tout se noie dans une splendeur gris rose qui n’est plus la terre et

pas encore le ciel. En haussant le regard par-dessus l’indéfini qui nous entoure, nous

verrions surgir des nuages hauts et lointains, aux contours vaporeux, moelleusement pensifs.

Le soleil les illumine sans retenue, il hésite à leur sujet, les frôle, les effleure. difficile

d’imaginer des nuées moins voyantes, d’une beauté plus délicate et tranquille.» 

Le Nuvolaire, Fosco Maraini

 

Six heures vingt deux: l'Aube


IMG_1523

 

Cache- coeur 60 en viscose gris perle rayé de blanc

 

existe en noir, et en tweed noir et blanc.

 

 

 

Six heures vingt trois: l'heure de Rayleigh*

 

 

 

IMG_1605

Jupe Soufflée en coton et métal rouge doublée de soie ivoire,

existe en coton et métal bleu indigo, aubergine ou parme.


IMG_1609


 

* La lumière solaire est constituée de toutes les couleurs du spectre de la lumière visible. Les différentes couleurs du spectre ne sont pas toutes affectées de la même façon par le passage dans l'atmosphère. Certaines couleurs peuvent être absorbées et ré- émises par les molécules d'air : c'est la diffusion. Au lever et au coucher du Soleil, la lumière parcourt un plus long trajet dans l'atmosphère que lorsque le Soleil est à la verticale. La diffusion de la lumière est alors importante :elle traverse une épaisse couche d'air qui diffuse au maximum les photons de courte longueur d'onde (les bleues) et dépouille donc sa lumière de celles-ci. Quand elle nous parvient, elle nous paraît rouge. Le phénomène est spécialement spectaculaire lorsque l'air contient de très fines particules de poussière ou d'eau en suspension : elles réfléchissent la lumière dans toutes les directions. Rouge, rose ou orange...durant quelques dizaines de minutes, le ciel s'enflamme. Ce phénomène est appelé la diffusion de Rayleigh nom du physicien anglais qui décrivit ce phénomène en 1870.

 

Six heures cinquante huit

 

IMG_1776


Six heures cinquante neuf

 

IMG_1782

 

 Sept heures quarante sept: petit jour


robe_m_har_e_2

Robe Méharée en viscose gris perle à rayures blanches

existe en noir  et en noir rayé de blanc


robe_m_har_e_1

 

1_078

 

 

Dix heures dix huit: matinée


ML6_003

 

Manteau Bourgeon Court en lin stretch gris perle

 

+ étole tricotée main en laine de chevreaux angoras


 

ML5_660

 

 

«Elles se fondent (...) en ondes et vapeurs légèrement rosées, avec des ombres

à peine violettes et quelques soupirs de lumière plus claire (mais pas blanche),

dans une voûte céleste elle-même estompée.» Le Nuvolaire, Fosco Maraini

 

 

 

Midi une

 

Jupe_robe_Java

Jupe Robe Sarong 

 

en coton vert minéral, existe en lin noir.


 

 

«Et puis l’azur. Ce vieux mot de poète et de pilote (...): les paysages que le hasard


fait avec les nuages, leur attrait mystérieux et plus puissant que celui des terres


auxquelles on accoste, malgré la beauté perçue. La gloire du soleil sur la mer violette,


oui. Sous les yeux, ce faste sans prix et qui pourtant ne signifie rien, auquel, fût-on


Baudelaire, on ne peux accrocher au fond aucun mot qui tienne. Voyageur dont le désir


est en forme de nuage, rêvant de voluptés vastes, changeantes, inconnues, dont l’esprit


humain n’a jamais su le nom.» Philip Forest, Le Siècle des Nuages

 


 

 

 

 

 

Treize heures et cinq minutes: zénith

 

A8

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatorze heures cinquante deux

 

 

 

 

ML5_500_1

 

 

Jupe Robe Sarong  en coton vert minéral (photo en version jupe)

portée avec un Gilet  Stratus en jersey gris et blanc

 

 

ML5_526

 

 

 

 

Quatorze heures cinquante trois

 

 

ML5_599_1

Gilet  Stratus en jersey gris et blanc

 

ML5_563

 

ML5_602

 

 

Dix sept heures vingt sept: fin d'après-midi

 

ML2_100

Etole Kamarupa en coton et métal bleu indigo

(existe en coton et métal parme ou aubergine)

+ pantalon delta en viscose gris perle rayé de blanc

+ top soufflé en crêpe de soie gris opale

 

ML2_117

 

ML2_113

 


 

 

«(...) quelques vagues mouvances de nuages effleuraient ses pensées en contrepoint de céruléens parfums chromatiques.» Le Nuvolaire, Fosco maraini

 

 

Dix huit heures vingt huit: demi-soir

 

 

 

 

ML2_179

 

Dix huit heures trente: soir

 

ML2_184

 

 

Pantalon Delta en viscose gris perle à rayures blanches

 

existe en noir, en coton bronze, et en coton kaki à rayures ocres

 

 

 

 

Dix neuf heures quarante sept: demi-jour

 


 

 

 

ML2_212_copie

 

«Dans les nuages qui me surplombent, qui m’entourent et s’étalent à mes pieds(...), je vois -comme au plus profond de moi-même- une superposition, une conjonction et une disjonction ininterrompues d’éléments semblables ou antithétiques, de lumières et de ténèbres, de clarté et de mystère, de noblesse et de vulgarité, de générosité et d’égoïsme. Un océan dont je sais l’existence, dont je sens la convulsion continue, mais impossible à analyser en ses éléments propres car sitôt que ma pensée se saisit d’un de ceux-là, celui-ci est déjà différent de ce qu’il fut l’instant d’avant, libre et spontané. Mes idées s’immobilisent, s’irréalisent: les réelles se sont enfuies, fluides et impensées.» Le Nuvolaire, Fosco Maraini

 


 

ML2_257

Veste Lava en coton vert minéral doublé de soie ivoire

 

ML2_296

 

 

 

 

 

 

Vingt heures et sept minutes: soleil couchant

 

ML9_1294

Etole Papillon en coton et métal parme

existe en coton et métal aubergine, en soie indigo et en soie opale

Jupe Chimère en coton et métal orange kaki

 


ML9_1301

 

 

 


 

ML9_1290

 


 

Vingt heures et huit minutes: l'heure de Rayleigh* bis

 

ML3_374_copie

 

Vingt heures cinquante deux: crépuscule

 

 

«Avec mes yeux qui ont vu cela, les mêmes yeux, ma voix qui le dit, la même voix, me souvenant de ce spectacle magnifique- tous ces pays dont aucun n’égalait en splendeur le pur paysage vide du ciel parmi l’encombrement énorme des nuages réfléchissant la lumière du soleil. Avec cette certitude étrange (...) de pouvoir être partout et de ne se trouver nulle part. Semblable soi-même à une sorte de nuage soufflé par le vent. Pas grand-chose. A peine quelqu’un. Un touriste, en somme. Etant entendu que le tourisme est l’art de jouir du monde en passant. Comme la vie.» Philippe Forest, Le Siècle des Nuages

 

 

 

ML2_042

 

 

 

 

 

Vingt et une heures trente huit: dernières lueurs

 

IMG_1751

Manteau Bourgeon Long en coton et métal rose argile

+ Robe Litham

 

ML3_212_1

 

Vingt deux heures et deux minutes: chute totale du jour

 

IMG_1692

 

Robe Litham taupe gaufrée

 

 

 

ML3_220

 


 

«Le désert aussi, avec la couche continue des altocumulus, régulièrement ondulée et jaunie par le soleil, aux dunes parfaitement disposées comme celles que le vent du Sahara souffle et forme avec le sable. Sans que l’on puisse dire où se situe la réalité et où se situe son reflet. Si c’est le ciel qui imite la terre, comme un caméléon lové autours de la planète et tournant avec elle. Ou si c’est la terre qui imite le ciel, façonnant sa surface solide selon l’empreinte que laisse sur elle le spectacle d’en haut.» Philippe Forest, Le Siècle des Nuages

 

 

 

 

Vingt trois heures quarante cinq

 


ML7_713

Robe Nimbus en coton et métal aubergine doublée de soie indigo

 

ML7_760

 

 

«Lorsque du miroir plan, immobile, des eaux

 

Une brume soulève le tapis étalé,

 

La Lune, associée à l’ondoiement des phénomènes aériens,

Brille, fantôme créateur de fantômes,

(...)

Alors montent sur la montagne, vaste rassemblement,

Des traînées alignées, répandant une grande ombre

Sur les hauteurs moyennes, également enclines

A tomber en ondée ou à monter en vapeur aérienne.»

 

Goethe, La forme des nuages

 

 


 Une heure quarante huit: nuit

 

ML8_1085

Chemisier Sari en coton et métal aubergine

existe en coton et métal parme

 

ML8_1113

Jupe Méharée noire à rayures blanches

 

 

 

Cinq heures douze: déjà demain

 

ML9_1270

Jupe longue Straelitzia 

+ top soufflé en crêpe de soie gris opale

 

ML9_1279

 

ML9_1220

 

 

 

 


«Il rêva qu’il descendait en barque une rivière, la rivière du temps;

 

et en même temps c’était le ciel.» 

 

Jacques Roubaud, Ciel et terre et ciel et terre et ciel

 

 


 

 

 

page_fin